Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Article Philosophe - Dumarsais

Comment Dumarsais fait-il du philosophe la pierre angulaire des Lumières ?

En quoi cette représentation du Philosophe est-elle représentative des Lumières ?

 

I.                   Une définition qui joue sur une opposition

 

1.       Non implication explicite de l’auteur

2.       Des caractéristiques qui s’opposent

 

-          Parallèle avec la religion : d’un côté, la pensée ; de l’autre, la religion.

 

« Les autres hommes » : philosophes : ils sont supérieurs et le savent. Ils ne réfléchissent pas comme les philosophes.

« Passions» ð // Compagnons d’Ulysse : au sens des moralistes ð soit parallélisme soit opposition

« ténèbres» lumière. Les philosophes marchent derrière un flambeau. Ce flambeau est la raison : ils s’éclairent de la raison.

Métaphore filée : « ténèbres » ð « flambeau » ð « nuit »

 

-          Autre métaphore : (l.7) « la vérité n’est pas pour le philosophe une maîtresse… »

 

 

3.       Le guide pour toute une société

 

« Commerce des autres » : communication, échange.

La vie en société est très importante pour Diderot Rousseau qui aime rester seul

L.20-23 : rythme ternaire avec une accumulation : les verbes vont de plus en plus vers l’approfondissement pour être capable de vivre en société : « l’homme s’améliore en société »

Si l’homme n’est pas en société ð « un monstre »

Voltaire le dit à Rousseau. Rousseau dit : « La société est une aberration, elle est mauvaise ». Il pense que la société rend mauvais = il est vraiment à part par rapport aux autres

 

-          « Le philosophe n’est pas celui qui s’enferme » : il faut être sociable

Il faut avoir foi en l’Humanité : on doit philosopher pour les hommes, et pas contre eux (pour tous les siècles) ð mise en place de salons, pas forcément à Paris

-          Si on est humain, on ne peut pas se désintéresser de ce qui est humain ; « Chrémès de Térence » : on ne doit pas se désintéresser des autres hommes ð argument d’autorité

 

-          Encore une fois, le mot « raison » apparaît : c’est la locomotive du texte : revient tout le temps.

-          « Comme il aime extrêmement la société » : encore une fois, importance de la société

ð Bien commun très important pour les philosophes ð pouvoir intellectuel réflexion purement individuelle : il doit faire avancer l’humanité

(Ex : les droits de l’Homme, héritage important des Lumières)

 

 

II.                 Un éloge de la figure du Philosophe

 

1.       Des qualités +

 

-          Autre métaphore : (l.7) « la vérité n’est pas pour le philosophe une maîtresse… »

-          ð Travail de recherche de la vérité : elle ne tombe pas du ciel !

-          Il suffit d’avoir du bon sens pour être philosophe : il faut se cantonner à ce que l’on voit : (l.9 à 11) : 4 évidences simples + ne pas chercher à extrapoler : induire, déduire quelque chose ð Hypothèses explicables ð éloge du philosophe : « « grande perfection »

-          «il sait demeurer indéterminé » : ne donne pas un avis absolu, ne se prononce pas = encore une qualité.

S’il ne peut pas prouver ce qu’il pense, il ne dit rien : « si douteux » pas comme le religieux qui avance par exemple que la peste est un fléau envoyé par Dieu, alors que le philosophe ne dira rien.

 

-          « Probité » : honnêteté parfaite (intellectuelle, morale) = perfection

-          Le philosophe recherche toujours la perfection : « il est jaloux de tout ce qui s’appelle honneur et probité » = ce n’est pas un défaut, mais une bonne jalousie : il veut être de plus en plus parfait.

-          « Encense » : sacre (pour honorer un dieu par exemple) = honorer de façon sacrée

 

-          « sage économe » : importance pour le XXI siècle aussi ! L’est-on ?

« honnête homme » : idéal des classiques

 

2.       L’héritier

3.       Une volonté +

 

Répétition de « probité »(x3) : il n’y a pas de réflexion purement intellectuelle sans morale

Dans Pantagruel de Rabelais : Science sans conscience n’est que ruine de l’âme » (XVIe)

« Plus vous trouverez de raison dans un homme, plus vous trouvez en lui de probité » : importance de la Raison, liée à la perfection

ð éloge d’un homme parafait intellectuellement et moralement

 

III.              Un manifeste pour les Lumières

 

1.       Les Lumières = métaphore

2.       Importance + de la Raison

 

-          Raison = pierre angulaire : métaphore : pierre qui porte tout ð la raison est primordiale ; sans raison pas de philosophe

-          Parallèle avec la religion : d’un côté, la pensée ; de l’autre, la religion.

-          Dans les deux premières phrases : métaphore « raison »« grâce »

Explication du parallélisme + répétition de « détermine » ð mot important

La grâce est très importante ð pas pareil pour protestants et catholiques ð conflit religieux

-          Esprit du scientifique : « d’observation et de justesse »

// Zadig quand il déduit quelle est la race du chien etc. : il a observé ses traces.

Esprit = Méthode

 

3.       Rejet des passions et de la superstition

 

-          « fanatisme » et « superstition »

S’il y en a  ð « passions et emportement »

ð Sens négatif : reprise de « passions » et mise en opposition avec la raison

Fanatisme = aller jusqu’à la folie pour quelque chose, croyance exacerbée, excessive qui rend intolérant.

ð Opposition : le philosophe combat les intolérants

 

 

 

Pourquoi peut-on parler d’éloge pour caractériser ce texte ?

 

I.                    Un éloge du Philosophe

 

ð raison sur un pied d’égalité avec la grâce

Ou Plan avec toutes les qualités du Philosophe

 

II.                  Un éloge de la Raison

 

ð Eclaire les Lumières

 

 

 

Autres exemples :

 

I.                    Les qualités du philosophe (ou la perfection du philosophe)

II.                  Des idées innovantes pour la société

III.                Une méthode rationnelle

 

I.                    La figure de philosophe valorisée

II.                  Un idéal héritier de l’Homme

III.                Un éloge de la Raison

 

I.                    Les qualités ++ du philosophe

II.                  L’éloge de la raison

III.                Un guide pour la société