Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le Pont Mirabeau

Introduction : Fleuve = Thème romantique très courant : « Le Lac » de Lamartine

                                                                               Chant d’Elvire :         « O temps suspends ton vol

                                                                                                                    Et vous heures propices

                                                                                                                    Suspendez votre cours »

-          Position du poème dans l’œuvre : 2ème poème

-          Pont = symbole

Mirabeau = pont moderne sur la Seine

è Lecture sur un ton élégiaque

 

Pb : En quoi le poème renouvelle-t-il un thème traditionnel ?

 

I.                   La métaphore de l’eau

 

1)      Eau / Amour / Temps

 

-          1er vers : grande banalité, simplicité ð cliché

Mais ambiguïté au niveau de la ponctuation ð 2 sens sont possibles

« Nos amours » peut être soit 2ème sujet de la 1ère phrase, soit COI de la 2ème ; mais l’ambiguïté n’est qu’orale, puisque l’orthographe retire ce doute

è Renouvellement, originalité (≠ Romantiques : bcp de ponctuation, d’exclamations…)

-          « L’amour s’en va comme cette eau courante » : comparaison

-          « l’onde » =l’eau

-          « des regards éternels l’onde si lasse » = Métaphore, personnification de l’eau ;

« Lasse » = thème romantique

« La vie est lente «  = métaphore

ð Métaphore filée

 

2)      Le Fleuve

 

Fleuve = synonyme de la fuite, de tout ce que l’on ne peut pas arrêter

                = symbole de l’univers

-          Verbes de mouvement : « coule », « s’en vont », « passent », « revenir » + négation : répétés

Beaucoup de sujets inversés ð mise en valeur du COD

Cf. : c’est l’ordre des mots qui fait que la poésie existe

- Jeux des temps verbaux : utilisation du présent de vérité générale ð valeur intemporelle

- Diérèse : « vi-o-lente » ð mise en valeur du mot, accentuation

- absence de rimes ð ce sont parfois des assonances (mêmes sons qui reviennent)

 

3)      Mouvement du poème

 

-          Fluidité due à la présence d’un refrain, à  l’absence de ponctuation, aux enjambements et à l’image de l’eau qui coule tout le long du poème

-          Musicalité du poème : fait penser à une chanson

-          Strophes non traditionnelles : elles sont particulièrement courtes

               Analyse de la 1ère strophe :         décasyllabe

                                                                              4 syllabes (étrange, ne se fait jamais)

                                                                              6 syllabes

                                                                              Décasyllabe

                                            = 10+10+10 ð 3 décasyllabes apparents, à l’écoute ð régularité

II.                 Image du pont

 

1)      Permanence /Impuissance

 

-          Même le pont ne peut empêcher la Seine de couler

ð Leurs mains liées ne peuvent empêcher l’amour de couler

-          « le pont de nos bras » = métaphore ð équilibre, symétrie

-          « les mains dans les mains restons face à face » : coupe régulière (alors que l’irrégularité domine) ð vers qui symbolise leur amour ð équilibre

                                                    9  Renouvellement de la tradition

Mais pas de barrage aux sentiments

 

2)      Une résistance inutile

 

-          « l’amour s’en va comme cette eau courante » ð Malgré le fait qu’il veuille retenir cet amour, il n’y parvient pas

-          « je demeure » : il veut rester, mais le pont ne suffit pas à retenir l’eau

-          Il tente de résister : « restons » = impératif ð souhait

-          Puis fuite (efforts et résistance balayés) à la 3e et 4e strophe

-          « Ni les amours reviennent » ð abandon définitif                                

 

3)      Fuite – Trahison

 

-          « Passent » : 2 interprétations possibles : ð indicatif = constat (indifférence, acceptation,                                                                                           renoncement  ð résignation

                                                                                 OU

                                                                                 ð Subjonctif : SI + « ! » = souhait                

                                                                                                 (Désespoir, impatience, dégoût, révolte)

ð Apollinaire joue sur l’ambiguïté des sens (// cubisme)

-          « faut-il qu’il m’en souvienne » = obligation

= ironie par antiphrase : il donne l’illusion de se résigner

// « L’onde si lasse » => à la fin du poème, c’est lui qui devient las

-          Fin de la strophe : « ni temps passé ni les amours reviennent » ð lucidité, désespoir

-          « je demeure » = dernier mot du texte

Polysémie, plusieurs interprétations possibles :  ð désespoir complet (malgré lui) ð aspect passif

                                                                               ð Je suis là, je résiste ; stabilité

è Circularité du poème

Selon la lecture, on peu interpréter le poème de manières différentes

 

 

Conclusion :

 

-           Par rapport au thème traditionnel, Apollinaire joue avec les doubles sens.

-          Ce poème a une certaine régularité, par rapport aux autres poèmes du recueil (refrain régulier)

-          Jeu avec la tradition : - Au niveau du thème

                                              Au niveau de la construction (= métrique)

                                              Jeux visuels : 6+4 syllabes (// Calligrammes d’Apollinaire)

ð Volonté de déconstruire la tradition

Image de l’horloge = thème traditionnel (// Baudelaire)

9   « Sonne l’heure » ð son de l’horloge

-          La modernité d’Apollinaire consiste à reprendre des éléments banals dans sa poésie.

merveiile 08/01/2014 05:31

pas très explicite