Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les Obsèques de la Lionne - La Fontaine

Comment La Fontaine joue-t-il avec les registres et les formes ?

 

Introduction : Source de la fable = Abstémius (XVème siècle)

 

I.     Le jeu sur le registre satirique et sur la fable.

 

1.       La fiction animale dans un récit rapide.

 

·         Composition de la fable :     situation initiale : mort de la Lionne

·         événement déclencheur  : « le cerf ne pleura point »

·         intervention du fabuliste

·         condamnation

·         dénouement

·         Morale

è rapidité = efficacité

·         Satire de la Cour :    o violence latente : enjambement « étranglé » (terme humain)

                                       o domination des prédateurs (lion, loups), roi vindicatif (= qui veut se venger)

                                       o Sentence de mort prononcée par le Roi à partir d’une dénonciation ð courtisan délateur. Coupe à l’hémistiche : « un flatteur l’alla dire »

                                       o  « traître » ð critique des monarques qui confondent affaires publiques et affaires privées

      

2.       L’intervention du fabuliste

 

·         Intervention longue et précoce : 1ère intervention : « jugez si chacun s’y trouva »

« je définis la Cour un pays où les gens …» ð présent de vérité générale

·         Oralité de la fable

·         « Jugez » : impératif ð ordre du fabuliste au lecteur

·         Contenu : critique de la Cour = règne de l’impulsion et de la versatilité : « tristes »  « gais », « ressorts                            = règne des faux-semblants : « tâchent au moins de le paraitre »                                                                                                                « ne pleura point » = Crime

·         Le narrateur sait à quel point les courtisans sont serviles :

                       « peuple singe du maître » ð  initiative, volonté

                               «  peuple caméléon » ð l’être (moralistes)  le paraître (Cour)

è Les Caractères de la Bruyère

 

3.       Le parti pris du moraliste

 

·         Ame de la fable : leçon de cynisme ( //pessimisme des moralistes du XVIème siècle)

·         Alexandrins

·         Impératifs

·         Ironie par antiphrase

·         Morale : éviter de déplaire au Roi, mais en étant intelligent

è Le pouvoir de la parole : manipulatrice

 

 

II.  Le jeu sur le registre héroïcomique et les formes antiques.

 

1.       L’épitre (= lettre)

 

·         Forme de la phrase qui fait penser à une lettre, oralité : « revenons », « bref »

« pour revenir à notre affaire », « Comment eut-il pu faire ? » : question rhétorique

è Relation avec le lecteur

 

2.       Le pastiche (= imitation)

 

·         Initiation = création dans les contraintes du modèle

·         Prosopopée : discours fictif d’un mort ou d’un absent. Ex : Patrocle, Hector

 

3.       Le drame évité

 

·         Dénouement heureux alors que le Cerf semble condamné

è Le lecteur prend plaisir à voir le Lion dupé

 

 

Quel est le véritable sens de la fable ?

En quoi cette fable appartient-elle au registre satirique ?

Comment la parole peut-elle permettre de prendre le pouvoir ?

 

(Je suis tombée sur ce texte à l'oral du bac blanc => 19/20 =) )