Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Lettre à M. Le Breton - Diderot

Introduction :

Dates importantes de la vie de Diderot :

1752 : 1ère condamnation

1764 : autocensure

 

-          Révolte des philosophes

-          Diderot très en colère -> paradoxal, contraire à l’image que l’on a du philosophe

-          Le philosophe appartient à la société (relation étroite avec l’éditeur) ; ils étaient avant amis, maintenant, rupture de deux amis, l’un a trahi l’autre.

 Texte en décalage avec la définition du Philosophe (encyclopédie)

ð Travail du philosophe, difficultés rencontrées…

è TEMOIGNAGE

 

Quel témoignage nous apporte cette lettre ?

 

I.                   Témoignage des relations difficiles entre le philosophe et son éditeur ( = imprimeur, libraire)

 

1.       Rupture impossible

But de Diderot : Encyclopédie, il est donc obligé de passer par Le Breton.

Il lui reproche la trahison de ne plus être un promoteur mais un sacreur.

-          Absence de formule de politesse

-          « Adieu M. Le Breton » ð rupture inévitable

Prise de rendez-vous : « il faut que je prenne date avec vous » : lien entre le coordonateur et l’éditeur obligatoire 

 

2.       Paradoxe scandaleux

-          Pour Diderot, Le Breton démolit son propre travail.

M. Le Breton = promoteur = massacreur : « le principal propriétaire de la chose » l.45 (encyclopédie)

« Inepte » : idiot, imbécile. « Ostrogot » : barbare. «  Le plus grand dommage » (superlatif). Enumération de cinq termes un peu excessifs (hyperboles, superlatifs) : l.45 : « le mépris, la honte, le discrédit, la ruine, la risée » ð  Explosion d’émotions.

 

3.       Douleur

Il est aussi blessé à cause de la douleur : « poignard dans le cœur » : il a très mal, il en est malade -> il s’agit d’une trahison subie, mais Diderot ne peut abandonner pour son œuvre :

                Raisons : intérêt financier, car l’encyclopédie lui rapporte peu

                               ≠ gloire : c’est une entreprise collective donc pas de gloire personnelle

                                               « dans un moment vous concevrez combien cette gloire est peu sûre » l.6-7

                              « attachement à l’ouvrage » l.3 : l’œuvre est défigurée : « dans l’état où il est »

Véritables raisons de sa colère :                              – l.12 : « par amour du bien et de la vérité »

                                                                              – pitié pour les associés de M. Le Breton : « commisération »

Cependant, ils sont obligés de s’entendre car les autres n’attendent que ça d’eux : « malveillants »

 

II.                 Témoignage sur le travail du philosophe

 

1.       Auteur/directeur de l’encyclopédie

-          La censure atteint tout le monde, y compris les autres auteurs : « vingt honnêtes gens » l.11 (// honnête homme du XVIIe) (20 = les principaux, en vérité il y en a beaucoup plus…) + énumération de noms l.16

-          Il se met du côté des autres philosophes, il parle de lui sur le même plan que les autres : pas « moi » mais « nous » ð il ne se place pas au-dessus.

-           Pour Diderot, c’est une escroquerie ! Il ne resterait que des déchets de son œuvre : « rognures »

Il se présente en philosophe des Lumières ð  présenter une philosophie audacieuse

« insipide », « plat » ≠ idée des Lumières.

ð M. Le Breton est donc coupable d’une trahison de l’esprit même des Lumières

 

2.       Réquisitoire

-          Réquisitoire d’un homme sensible.

-          Ils ont « Sacrifié leur sommeil », « consacré leur temps, leurs talents et leurs veilles »

-          « ingratitude », « injustice » ð accusations

-          M Le Breton n’est pas intellectuel : il est qualifié de  « barbare » « sans vertu, sans ravage »

ð il devient pire que les ennemis des philosophes, que les détracteurs

-          L.42 : énumération du travail qu’on lui a ôté : « peines », « dépenses », « dangers », « mortification »

L33/34 : énumération : « châtrée », « dépecée », « mutilée », « mise en lambeaux ».

Rythme ternaire l.34 : « sans jugement, sans ménagement et sans goût »

 

Conclusion :

Diderot écrit cette lettre dans le but de faire réagir Le Breton.

Image du philosophe coléreux, qui reste donc un homme, qui réagit avec sensibilité

Intérêt de la lettre :       – situe le contexte de la censure au XVIIIème siècle

                                               – un philosophe n’en reste pas moins un homme (// article Le Philosophe)

                                               – Mise en valeur de la difficulté de l’entreprise de l’Encyclopédie ð  enjeu énorme :                                   faire passer les idées des Lumières

 

 

Autre problématique : Quel est l’intérêt de cette lettre pour connaître les Lumières ?

 

I.                    Un combat épuisant

1.       Pour Diderot (colère = manifestation de l’épuisement et de la lassitude)

2.       Pour tous les partisans des Lumières